www-linstantparisien-com-0047

Folks and Sparrows

La barbe, quelle aventure ! Avant que les hipsters en manque brûlent leurs économies pour des implants (2 euros le vrai poil de barbe ?), ou qu’ils lui consacrent des vidéos idolâtres, ou encore qu’ils plaquent jobs, femmes et enfants, pour entretenir avec amour celles des autres (les barbes), eh bien, avant toute cette hystérie rasoir, Franck et Jeremy avaient déjà la leur. Parce qu’à Woodstock, voyez-vous, ça fait belle lurette qu’on la porte au naturel, la barbe. C’est donc un authentique barbu qu’on trouve aux commandes du nouveau coffee shop «Folks & Sparrows». Voici, Franck, le boss, accompagné de Grégory, son architecte, et de Jeremy, le menuisier folk de Woodstock.

On suit les travaux de Folks & Sparrows depuis janvier, avec l’idée de raconter en images une aventure à taille humaine. Parce que c’est d’abord une histoire de famille (bonjour Mélanie et Marcel), parce que ce sont des amis, et parce que c’est dans l’ancien resto de Franck et Mélanie qu’on a mangé les meilleurs burgers de notre vie – un bon argument pour fédérer la sympathie (ou créer une secte d’adeptes carnivores). Dans son coffee shop parisien, Franck fera des sandwiches aux petits-oignons (avec ou sans) et de l’épicerie, de la «triée sur le volet».

Franck, on l’a connu dans une autre vie. Avant Paris, il a dirigé un resto branché de Brooklyn. A mon arrivée, je parlais pas un mot d’anglais, enfin si, je savais dire «hello», on m’a quand même engagé comme serveur, j’étais terrifié». Premier client. «Je tente une petite blague en anglais. Mon accent français le fait rire». La french touch de Franck fonctionne, il finira manager du restaurant. Si New York restera sa ville de cœur, son pays de Cocagne ce sont les bois et les petits villages de Woodstock.

Il nous avait prévenu qu’il ne voulait pas d’un coffe shop qui fasse américain, mais d’un coffee shop fait par un américain. Quand l’un de vos meilleurs potes est menuisier-musicien et que celui-ci vit vraiment dans une maison de bois dans la forêt de Woodstock, que faites-vous ? Vous lui payez fissa fissa un billet d’avion et l’invitez chez vous à venir scier, clouer et vernir du bois. Quand nous poussons la porte de la devanture fraîchement repeinte en noir du 14 rue Saint Sébastien, on tombe sur Jeremy qui scie-cloue-vernis et sur Grégory, le grand architecte aux cheveux de surfeur. «C’est un vrai surfeur», nous dit Mélanie. Le petit Marcel, trois ans, s’active dans son coin (pour l’instant, tout va bien).

Deux mois plus tôt, des ouvriers ont posé une benne pour y déverser des centaines de kilos de gravas et tirer un trait sur l’ancien local. Pendant ce cassage en règle tout est toujours possible. En fait, tout peut arriver. Les bonnes comme les mauvaises surprises. La bonne surprise ? Des poutres en bois à cinq mètres au-dessus de la partie épicerie du coffee shop. Le carrelage aussi.

Aujourd’hui, le gros oeuvre est fini et Jeremy achève de vernir les étagères qu’il a installées cette semaine. Les deux portes géantes du fond sont nickel. Du sur-mesure XXL dans la grande tradition américaine. On salue Jeremy. Le retour à Woodstock est programmé dans quatre jours. C’est le rush chez les Folks & Sparrows. Ambiance hurry up.

Il n’est pas dit que Marcel, le fils de Mélanie et Franck, restera les bras croisés. Plan séquence. J’attrape un pinceau et je dépoussière le mur. J’attrape un balais et je nettoie le trottoir. J’attrape un pot de peinture trop lourd pour moi et… je le fais tomber sur le sol en béton tout juste fini. Jeremy saute de son échelle. «It’s not a big deal». Monsieur catastrophe comprend qu’il a fait une grosse bêtise. A trois ans, ce sera peut-être son premier souvenir.

Un mois plus tard, la tâche de peinture a disparu et les étagères sont bien garnies. On est passé faire les dernières photos et prendre la température. Stressé ? Pas stressé ? Franck paraît calme. A moins d’une semaine de l’ouverture, il travaille les recettes de ses sandwiches et élabore des salades avec Mélanie. On parle du vrai jambon de Paris dont les salaisons ne sont pas très loin d’ici. Côté épicerie, tout est presque en place pour le premier round. Des produits français côtoient des imports à l’accent américain prononcé comme ces pickles artisanaux ultra photogéniques.

«Je veux que ce soit bon et beau». Sardines, maquereaux, thon. Franck nous présente les packaging les plus réussis au monde (on parie ?) de conserves de poissons, produites par une petite entreprise portugaise. La conserve en mode hype, on adore, que voulez-vous.

Une voisine passe. «Si vous voulez un bon laveur de vitre, le mien est très bien». Le concept store Merci est à portée de voix, juste au bout de la rue. Les choses bougent, de nouvelles adresses ouvrent. Le quartier est vivant, les gens se parlent, un ou deux hipsters glissent des regards curieux dans le coffee shop. Une femme depuis l’extérieur observe Franck à la dérobée et on sait très bien ce qu’elle pense, cette passante, on sait qu’elle pourrait dire quelque chose comme «On vous a déjà dit que vous ressembliez beaucoup à Brad Pitt ?». Nous, nous l’avons déjà dit.

On ne va pas faire mystère que l’Instant Parisien sera souvent chez Folks & Sparrows assis sur la table de bois ou en train de feuilleter un magazine dans le fauteuil vintage que Melanie a négocié aujourd’hui chez un brocanteur d’Oberkampf. Pas simplement parce que Franck et Mélanie sont des amis, ou parce que nous savons que Franck a du talent derrière un comptoir. Mais parce que l’esprit folk et naturel que veut insuffler Franck dans son établissement fera souffler un peu de l’esprit américain de Woodstock dans l’arrondissement. Il paraît même que Jeremy aimerait passer un long moment à Paris avec sa guitare. Bonne idée !

Folks & Sparrows vient d’ouvrir ses portes avec des projets tout au long de l’année et sans doute un peu de musique live folk de temps en temps. Pour ne pas perdre le fil, rendez-vous sur la page Facebook du coffre shop ou directement devant une tasse de café au 14 rue Saint Sébastien dans le 11ème arrondissement.

Et un grand merci à Jeremy qui nous a offert son dernier disque folk entre deux coups de pinceau. «Another Sky» sera la bande son de cet Instant parisien très amical et chaleureux.

Et pour recevoir des Instants Parisiens dans votre boîte mail, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.

25 commentaires

  1. julia dit :

    c’est ouvert ou pas encore ? hate de decouvrir, surtt qu’on est de passage a Paris ce we!;)

    1. monsieur dit :

      Ce week-end ce sera ouvert ! 😉

  2. Charpin dit :

    Bravo Frank. Pour moi ce sera kf et revue de presse dans le fauteuil

  3. Victor dit :

    Je serai ravi de passer ce week end pour découvrir ce nouveau lieu à la mode :)
    Victor

  4. MOC de Lyon dit :

    Superbe ! Bravo et bonne chance pour cette belle aventure !

  5. lolabelle dit :

    mais pourquoi tout ça c’est toujours à Paris!!! oui, ok, l’instant parisien, m’enfin et les sudistes alors?! oui, ok ils n’ont qu’a se payer un billet de train 😉

    j’aime vos articles tjs bien écrits et les belles iamges qui vont avec :-)

    1. monsieur dit :

      Merci beaucoup ! (ndlr : nous n’avons pas toujours vécu ici, et nous voyons donc très bien ce que vous voulez dire 😉 )

  6. Alibaux dit :

    Bravo , apres la Passerelle ce sera notre nouveau QG quand on sera parisiens Good luck pour cette nouvelle aventure

  7. Les Tasters dit :

    J’y suis allé et le lieu respire de toutes les effluves évoquées dans cet article.
    La chaleur humaine se répand jusque dans le café, la beauté des produits attire les regards, la grâce de la décoration caresse les yeux.
    On a envie de picorer comme un moineau en compagnie d’un sacré folk, un Jim Harrison à Paris, un orpailleur de gourmandise, un Monsieur Loyal de la découverte.
    A très bientôt Lord Jim Sparrow.

  8. kinekelly dit :

    Superbes photos!
    Une adresse à retenir et à noter tout de suite dans son carnet parisien!

  9. Grandjean yves et Flo and co dit :

    On vous a aimés et appréciés à Lyon dés notre prochain voyage à Paris on se fera une joie de vous retrouver bravo et bon courage à tous les travailleurs du plus petit au plus grands bises .

  10. aloÿse dit :

    Toujours plus d’images, de mots, de lieux et de découvertes qui font pétiller les yeux. Merci!

    1. monsieur dit :

      Merci Aloÿse (d’ici quelques mois, le blog vous réservera quelques surprises et des nouveautés…)

  11. Régine & Philippe à Lyon dit :

    Super site web, belles photos et bel endroit que l’on imagine chaleureux et convivial. Juste un peu étonné que Marcel ne porte pas encore la barbe. Un gros « merde » pour le démarrage. Bisous a tous les 3.

  12. […] Sparrows, coffee shop qui fait aussi épicerie fine, dont les amis de L’Instant Parisien parlent si bien […]

  13. […] pour tout savoir de l’aventure Folks and Sparrows, je vous conseille l’article du blog L’instant Parisien; Très bien écrit, bourré d’anecdotes, et avec des très très jolies photos… […]

  14. Florette dit :

    Testé ce week end et une seule chose à dire : Courrez-y et vite ! shandwichs EXTRA ( chaud au pastrami pour moi) , deco tip top / bois, poutres apparentes, pierres… et de surperbes produits en vente ! mention speciale pour les petits details de la presentation et la sympathie des gerants 😉

  15. Sarah dit :

    « Les meilleurs burgers de notre vie », essayé et approuvé ! Je suis certaine que les Parisiens vous adopteront très vite avec ce nouveau concept. Bon courage à toute l’équipe, au plaisir de venir goûter vos nouvelles recettes dès mon retour en France 😉

  16. annick dit :

    Je me régale de votre collection de hasards …
    J’ai même fait un aller-retour Bruxelles-Paris ce dimanche pour découvrir Folks & Sparrows, tellement vos visuels
    m’enchantent … et bien, l’émerveillement m’y attendait et je vais donc y envoyer plein de petits belges :)))
    Félicitations pour votre blog, il est dans mon top five ***

    1. monsieur dit :

      Annick, peut-on rêver d’un commentaire plus motivant ? Non ! Merci beaucoup, nous sommes très touchés.

  17. […] grâce à l’Instant Parisien que j’avais découvert l’adresse, à deux pas de là où je travaille parfois, et […]

  18. […] enjoyed shooting in Paris, especially at the venue Folks and Sparrows, with it’s cocooning feel and it’s rustic and homemade vibe. All the dresses come […]

  19. […] adoré l’idée de shooter à Paris, et plus précisément chez Folks and Sparrows, un lieu à l’ambiance cocooning, alliant le coté rustique et le fait main.  Les robes […]

  20. Bobbie.fr dit :

    […] depuis seulement quelques mois, Folks and Sparrows est déjà un lieu dont tout le monde parle. J’ai personnellement découvert cet endroit via […]

  21. Sarah dit :

    Merci pour l’adresse! Bon j’ai passé 1 an à l’étranger ce qui peut expliquer mon retard :)

Laisser un commentaire