instant parisien

Dancing Machine

Paris, 17 septembre, 11H10

Depuis 1985, on ne compte plus les critiques, les insultes, les procès, les menaces, les coups de sang, les coups bas, les coups de gueule. Les Colonnes de Buren du Palais Royal, ce n’est pas de l’art contemporain, c’est un ring de catch. L’artiste français Daniel Buren, habitué à s’énerver régulièrement et à menacer de tout démonter si l’Etat ne prend pas soin de son oeuvre, peut respirer : aujourd’hui tout le monde adore ses colonnes. Buren rêvait d’une oeuvre d’art prise d’assaut, escaladée, piétinée, d’un grand terrain de jeu pour adultes décomplexés. Vous avez mis dans le mille, monsieur Buren.

Et en regardant cette jeune fille danser avec insouciance, je me dis que la jeunesse n’est plus impressionnée par rien. Ni par le Ministère de la Culture dans son dos, ni par le Conseil Constitutionnel en face. Et c’est très bien comme ça !

Laisser un commentaire